Photographier, c'est rendre compte d'une certaine réalité à travers le filtre de ses sentiments et de sa vision du monde.
JC Armici, profession:
Illusionniste-photographe.

Né à Genève en 1955, il est diplômé de physique et d'informatique qu'il a enseignée jusqu'en 2013. Pratiquant la photographie depuis les années 70, c'est un curieux de nature, capable de s'intéresser à la fois au monde dans son infinie complexité mais aussi de l'apprécier pour sa perfection esthétique. C'est d'ailleurs sur cela qu'il travaille aujourd'hui, avec comme seul instrument de mesure, un appareil photo et une faculté innée à faire apparaître des choses.

Sortir non pas un lapin d'un chapeau, mais un détail pour le mettre en lumière magnifiquement.

Il recherche les courbes, les formes là où on ne les attendrait pas: dans l'eau, dans ses reflets ou dans de simples objets usuels. Selon lui, absolument tout se prête à la photographie, il suffit de savoir observer et chercher le bon point de vue.

Un travail inattendu d'exploration de la vie quotidienne qui amène le spectateur à redécouvrir son propre univers sous des angles qu'il n'imaginait pas.
Quand on les repère pour la première fois, on n'y croit pas. L'effet est quasi-hypnotique. Les reflets sont un sujet inépuisable, tant ils sont variés dans leurs formes, couleurs et textures. Oui, mais des reflets de quoi ? Simplement l'image d'objets et de paysages variés réfléchie par la surface de l'eau. Selon les conditions d'ensoleillement et de vent les résultats sont très différents. Des monstres, des animaux, des formes intrigantes, des assemblages de couleurs improbables sont autant de résultats devant lesquels l'imagination commence à s'emballer.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Voir la série complète...
Coque, voile, bateau, reflet ?
Plus d'informations...
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Voir la série complète...
Depuis plus de vingt-cinq ans j'ai un attachement sentimental et familial très fort avec le village de Lens. Je ne suis pas le premier à m'être fait happer par ce havre de tranquillité et par cette authenticité qui puise ses racines jusqu'au moyen-âge. Alors quand on m'a demandé de réaliser cette étude artistique sur Lens, j'ai immédiatement accepté.

J'allais pouvoir concrétiser des années de balades et de découvertes en les alliant à ma passion, la photographie. Les bisses, les forêts, les raccards abandonnés, la richesse de la flore et de la faune m'avaient permis de prendre des milliers de photos. Et tout à coup, j'avais une année entière devant moi pour mettre en valeur les trésors de cette région. Finalement mes anciennes photos m'ont servi d'expérience et de souvenir; peu sont celles que j'ai gardées pour cette série.

Intérêt pour la photographie dès 1974.

Reprise sérieuse de l'activité de photographe dès 2005.

Plusieurs photos primées dans des concours mis en place par la SGP (Société Genevoise de Photographie).
Lire la suite...
La salle principale du musée Le Grand Lens contient des meubles d'époque ainsi que plusieurs portraits de Briguet, notables de la région. Sur les trépieds on devine des manuscripts de Ramuz, écrivain qui séjourna plusieurs années à Lens.
Plus d'informations...
Cette photo a été pris depuis l'endroit où le Grand bisse de Lens quitte la vallée du Rhône pour se diriger dans la vallée de la Lienne. En face, à quelques kilomètres une petite maison aux couleurs chaudes contraste avec la neige recouvrant les vignes. Elle semble fragile et isolée, au point de forcer le photographe à témoigner de son existence.
Plus d'informations...